Chaudronnerie made in Normandie

Pour entrer sur ce site, vous devez avoir l’âge légal pour consommer de l’alcool dans votre pays.
Oui Non

Chaudronnerie made in Normandie

La Normandie possède une riche histoire de travail du métal. L’essor de cette activité est directement lié à celui du Calvados dans la région. Un siècle plus tard, il ne reste pas grand chose de cette industrie florissante.

Lire moins
Lire plus

La Normandie possède une riche histoire de travail du métal. Situé au coeur du bocage normand, le village de Villedieu-les-Poëles en est l’un des emblèmes. Dès le XIIe siècle, les hospitaliers de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem fondent Villedieu en ramenant d’Orient des savoir-faire de travail du métal. Des chaudronniers belges de la ville de Dinant les rejoindront bientôt, donnant leur nom au travail de dinanderie. Au XVIIIe, 1500 travailleurs du cuivre exercent à Villedieu. Dinandiers, poêliers, rétameurs, repousseurs, chaudronniers auxquels s’ajoutent des fondeurs. Les habitants de Villedieu, vivant dans le vacarme incessant du martelage du cuivre, prennent le nom de Sourdins. Le village compte 400 chaudronniers qui livreront plus de 1000 alambics aux distillateurs Normands et Français, notamment sous la réputée marque Pomier.

L’essor de cette activité est directement lié à celui de l’activité du bouillage de cruUn bouilleur de cru est un particulier ou un paysan habilité à produire de l’eau-de-vie à partir des fruits de sa propre récolte. Ce n’est pas une profession, mais un statut, à ne pas confondre avec le distillateur qui, lui, est un professionnel soumis à une réglementation différente. Certains bouilleurs bénéficient d’une franchise de taxes portant sur 10 litres d’alcool pur par année. C’est ce que l’on nomme traditionnellement « privilège ». dans la région. À la fin du XIXe, on recense plus de 8000 bouilleurs pour la seule Normandie. Les distillateurs ambulants pratiquent leur art sur des alambics à repasseL’alambic à repasse, dit « Charentais », est utilisé principalement pour les Calvados Pays d’Auge, mais peut aussi être utilisé pour le Calvados A.O.C. Trois éléments le composent : une chaudière à chargements successifs, un chapiteau avec ou sans chauffe-cidre et un serpentin pour réfrigérant. Une première distillation permet d’obtenir les « Brouillis ». La deuxième distillation fournit la « Bonne Chauffe » à 72 % maximum. ou à colonneL’alambic à colonne est utilisé pour les Calvados A.O.C. et les Calvados Domfrontais. Trois éléments le composent : la chaudière, la colonne d’épuisement, et la colonne de condensation composée de plateaux. La première colonne reçoit le cidre qui descend en circulant de plateau en plateau. Sous l’effet de la chaleur, les produits les plus volatils se vaporisent. Les vapeurs sont finalement concentrées, dans la plus petite colonne, qui fournit directement l’eau-de-vie à 72 % maximum.. Le perfectionnement de la distillation continue conduira la plupart des ambulants à utiliser des colonnes, d’un usage plus simple. Les alambics à colonne de l’ingénieur Gazagnegazagne.zoom-600x450 sont les plus courants. La conception de leurs plateaux à calottesDemi-sphères en cuivre permettant de forcer les vapeurs montantes à barboter dans le liquide collecté sur le plateau. les rend en effet très adaptés à un usage ambulant, puisqu’ils ne requièrent pas une horizontalité parfaite pour fonctionner, contrairement à certains modèles concurrents, notamment les Guillaume. 

Un siècle plus tard, il ne reste pas grand chose de cette industrie florissante.

Du fait de la disparition progressive du bouillage, les chaudronniers Normands ayant les savoir-faire liés aux alambics et possédant le précieux agrément des douanes pour travailler sur ces derniers ont pris leur retraite sans successeurs. S’il subsiste quelques ateliers perpétuant le travail du cuivre à Villedieu, aucun n’est agréé pour travailler sur les alambics à Calvados.

Au milieu des années 1990, M. Duroy, à Ambrières (Mayenne), prend sa retraite. L’un de ses anciens apprentis, M. Forget, s’installe à Domfront, ou il reprend l’activité de son ancien patron durant une quinzaine d’années. Ayant vainement cherché un repreneur, il prend sa retraite sans succession en 2014. M. Simon, chaudronnier à Beuzeville, très apprécié des producteurs de Calvados, prend lui aussi sa retraite dans les années 2000, laissant orphelins les alambics Normands. 

Les producteurs ne sont néanmoins pas restés les bras croisés devant cette situation. S’ils font désormais appel aux chaudronneries charentaisesPrincipalement Chalvignac et la Chaudronnerie Cognaçaise. pour le gros-oeuvre, les producteurs se sont répartis le stock, les outils et les gabarits de M. Forget, pour assurer eux-même la maintenance courante. La distillerie Préaux de Mantilly à ainsi récupéré une partie des machines permettant la fabrication des joints d’alambics, et fournit désormais de nombreux producteurs normands.

Certains producteurs se sont eux-même équipés d’outils adaptés. Nicolas Garniernicolas.garnier.ld-600x800, producteur de Calvados dans l’Orne confectionne ainsi lui-même les pièces d’usure de son alambic Gazagnealambic.garnier.ld-600x800 de 1923. En suivant les gabarits originaux, il découpe ainsi au compascompas.ld-600x400 et à l’emporte-pièceemporte.piece-600x400 les joints en carton assurant l’étanchéité de la colonne de distillation.

D’autres ont pris les devants depuis longtemps. Maxime Lamiot, des Calvados Toutain à Beuzeville, assure en grande partie l’entretien de ses alambics lui-même, grace à des savoir-faire familiaux transmis de père en fils. Véritable passionné d’alambics, il les collectionne et les restaure lui même depuis de nombreuses années.

D’autres encore comme Jean-François Guillouet-Huardjf.guillouet.ld-600x800, des Calvados Michel Huard, ne possèdent pas d’alambic, et continuent à faire appel à des distillateurs ambulants. Chaque année, l’hiver venu, le distillateur vient au domaine, tractant son alambic Gazagne en remorque. Une fois les cidres distillés et l’eau-de-vie mise en fût, le distillateur repart vers un autre producteur.

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.